Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Santé / Désamiantage des anciens ateliers Sncf de Bordeaux

L’association Allo-amiante reste très vigilante

En matière d’amiante, il est encore possible de faire de la prévention. L’association Allo amiante le prouve, par une démarche particulièrement responsable et constructive. L’association de défense des victimes de l’amiante, créée en Gironde par des cheminots, s’est imposée comme un partenaire incontournable dans le démontage et le désamiantage des anciens ateliers Sncf de Bordeaux. En effet, début juillet ont démarré les travaux de démolition et de dépollution de ces ateliers ferroviaires construits en 1852, fermés en 1995 et occupant près de 27 km2 au sol. Les différents bâtiments des ateliers ont regroupé jusqu’à mille cheminots dans les années 1970.

Fleuron de la Compagnie des chemins de fer du midi, aujourd’hui patrimoine du Réseau ferré de France (Rff), ils contiennent encore 486 tonnes d’amiante, lesquelles vont être conditionnées et dirigées vers un site d’élimination à Morcenx, dans les Landes. « Dans le cadre de notre mission de prévention et de protection des populations, nous avons saisi tous les organismes concernés (Rff, mairie de Bordeaux etc) afin de vérifier que les opérations se dérouleraient sans risque, y compris par rapport au sérieux des entreprises de désamiantage sélectionnées. Nous avons également réussi à faire intégrer au cahier des charges du chantier des bâtiments voisins, qui n’étaient pas prévus, tels que le restaurant d’entreprise et le parking de la direction régionale Sncf », explique Georges Arnaudeau, président d’Allo amiante et ancien président de la Mutuelle Aquitaine Poitou Charente, aujourd’hui fusionnée au sein de mutuelle Entrain.

Il ne faudrait pas ajouter un deuxième drame au premier...
Car parmi les 84 personnes décédées de l’amiante que recense l’association, 18 avaient travaillé dans les ateliers bordelais. Et sur les 700 adhérents d’Allo amiante, pas moins de 200 sont malades.

Par ailleurs, Georges Arnaudeau déplore qu’une actualité vienne entraver la lutte contre l’amiante. Le gouvernement vient en effet de publier un décret [1] « relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l’amiante dans les immeubles bâtis », qui supprime purement et simplement le délai de 9 ans jusqu’ici imposé pour les travaux de désamiantage !

Autrement dit, les propriétaires de bâtiments amiantés peuvent s’engager sans jamais faire les travaux, au détriment de la santé des occupants et des artisans qui y interviennent... L’association nationale des victimes de l’amiante (Andeva), dont fait partie Allo amiante, a d’ailleurs engagé un recours contre ce décret.

 

- [01.09.11] Karine Pollet

[1] décret 2011-629 du 3 juin 2011, paru au JO du 5/6/11

Tag(s) : #Prévention

Partager cet article

Repost 0