Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rattrapé par la patrouille ! .

 

Les problèmes entre l’amiante et la tour Montparnasse remontent à la surface.

Inaugurée en 1973 la tour de 210 mètre et 9O 000 mètres carrés  sur 59 étages « accueille » chaque jour 5000 employés et plus de 600 000 touristes par an. La présence d’amiante dans l’ensemble de la tour, le centre commercial et le bâtiment CIT qui regroupent 73 copropriétaires (copropriété EiTMM), a été officialisée en 2005. Les travaux de désamiantage ont commencé en 2006.

C’est le début d’une longue histoire aux rebondissements négatifs inquiétants pour les occupants et les visiteurs.

Dans un premier temps les experts évoquent deux scénarios pour désamianter les bâtiments soit :

-       Vider la tour de tous ces occupants afin de réaliser un désamiantage « à plein temps » durant 3 à 5 ans

-       Le désamiantage du site, tout en y maintenant les activités économiques. Solution plus longue mais qui permet d'éviter une délocalisation coûteuse des salariés. C’est la solution qui a été retenue par les copriétaires de la tour Montparnasse:

- en 2006, un arrêté de la préfecture de Paris, fixe à juin 2009 la fin des travaux dans la tour principale

- un nouvel arrêté en novembre de la même année prolonge ce délai de trois ans

- à ce jour le désamiantage n'est toujours pas terminé et pourrait se prolonger jusqu'à 2016/17

- En janvier 2012, on a enregistré,  au 2eme sous sol, plus de 70 dépassements du seuil réglementaire jusqu'à 115,05 fibres par litre. alors que cette réglementation prévoit 5 fibres par litre d'air. 

 -  Le 27 juin 2013, les sondages réguliers mesurant le taux d'amiante dans l'air du complexe immobilier montrent un dépassement sur certains étages, bien au-dela des seuils réglementaires  

Face à cette situation la préfecture de Paris a publié le 13 août, un arrêté qui demande aux copropriétaires de l'EITMM de mener à leurs frais une expertise pour connaître l'origine de la contamination et de prendre les mesures pour la faire cesser. Dans l'attente des mesures efficaces , les locaux doivent être évacués de leurs occupants

Nos remarques: bien que tardive, la menace de fermeture des locaux est une nouveauté très importante.

Il est inconcevable aujourdhui en regard du nombre de victimes, d'exposer encore des milliers de personnes. Cette responsabilité est à deux volets:

- le comportement des copropriétaires qui n'ont mesuré que leur propre intérêt sans se soucier des conséquences

- l'administration qui n'a pas joué son rôle de contrôleur depuis 2006.

La possibilité qui a été donné légalement par les arrêtés préfectoraux  de reporter la fin des travaux: 3 ans en 2006 puis 3 années supplémentaires, puis enfin jusqu'à 2017 sans que celà soit une certitude est révoltante. Le décret 2011-629 du 3 juin 2011 permet ces dérogations. Au délais normal de 3 ans peut s'ajouter une première dérogation de 3 années supplémentaires puis une 2ème dérogation sans limite de temps. Nous avions à l'époque porté notre désaprobation à ces nouvelles facilités qui vont à l'encontre de l'aradication. De plus lorsque les règles de contrôle ne sont pas respectées ou réalisées dans de mauvauses condition,s nous sommes confrontés à la situation inadmissible rencontrée à Paris. Cette nouvelle affaire de l'amiante nous révolte, nous attendons la suite qui  va lui être donnée avec intérêt 

Tag(s) : #Prévention

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :