Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

    Le colloque international du 12 octobre 2012 a permi des échanges forts en voici quelques exemples:

senat 2012 231

 Le Sénat a servi de cadre au colloque international organisé par l’ANDEVA le 12 octobre 2012

 18 pays : AFRIQUE du SUD – ALBANIE – ALLEMAGNE – AUSTRALIE –BELGIQUE –BRESIL – CANADA – COLOMBIE – ESPAGNE– ETATS UNIS – GRANDE BRETAGNE – INDE – ITALIE – JAPON – Mexique -  PAYS BAS -  POLOGNE et la FRANCE, sont venus porter le message 

1/ Première partie Epidémiologie

Richard LEMEN (USA) a rappelé la longue histoire de l’amiante : 1906 – 1918 et l’apparition des rayons x qui ont favorisé la découverte des pathologies pulmonaires liées à l’amiante – 1924 premiers éléments de substitution aux états unis et, des moyens de protection mais très insuffisants.1930 / 1939 reconnaissance des MP en Allemagne : asbestose – cancer Bp puis mésothéliome liés à l’amiante – 1970 / 1972 législation et normalisation aux EU – 1976 interdiction de l’amiante mais pas de mise en vigueur sur le terrain. Dans le même temps à Lyon l’ARC développe les risques des cancers du poumon et intestinaux- 2009 le CIRC confirme ces conclusions et démontre d’une manière avérée la relation du cancer du larynx et colorectal avec l’amiante - 2012 « toutes les agences qui se respectent confirment ces conclusions ». . .  « Il n’y a pas de risque zéro ». . . « il nous faut déterminer les sources restantes, poursuivre notre travail d’enquête, nous sommes dans une zone de tempête, ne plus se taire ».        

Enzo MERLO (Italie), très grosse consommation en Italie, interdiction en 1992

« L’Italie n’a pas de plan national de surveillance des exposés ». . . « Il existe 21 registres régionaux pour répertorier les mésothéliomes. On dénombre 3 cas pour 100 000 habitants. La part professionnelle est très élevée au sein de laquelle on dénombre 85%d’hommes. A contrario ce sont les femmes les plus touchées dans les victimes environnementales »En 2000 18 pays ont interdit l’amiante (essentiellement en Europe) en 2012 généralisation sur 54 pays et 35 pays sont de gros consommateurs

L’indemnisation, malgré la législation depuis 1999, il existe une forte différence entre le sud et le nord. peu de reconnaissance dans le sud. « seulement 1/3 des problèmes sont réglés – 50% des C Bp sont connus ». . . « le système est inadapté »

Guadalupe AGUILAR(Mexique) « 54 pays ont une interdiction, rien au Mexique ! » . . .« c’est la santé publique qui suit la loi de santé dite amiante, mais aucun moyen de veille, très peu de cas  reconnus et pas d’indemnisation »« notre pays est le principal recycleur du Canada. C’est la SS qui assure le choc, les entreprises renouvellent les employés tous les 5 ans. . . »

Laurie KAZAN ALLEN (GB), les évolutions en matière d’exposition : 

  En 2000 18 pays ont interdit l’amiante (essentiellement en Europe) en 2012 généralisation sur 54 pays et 35 pays sont de gros consommateurs                                                        

Séna ANDEVA 12 10 2012 036Séna ANDEVA 12 10 2012 037

               Recherche Médicale

Arnault SCHERPEREEL (France) :

« Le Mésothéliome Pleural Malin (MPM) » plus de 900 cas/an en France. C’est un cancer agressif difficilement opérable qui résiste aux chimiothérapies usuelles. « il n’y a pas d’outil de dépistage de masse ».  On note toutefois de sérieuses avancées et; de réels progrès thérapeutiques grâce : à une meilleure connaissance des mécanismes du cancer (pathogénèse), une prise en charge mieux codifiée, la création d’un centre d’expert du MPM coordonné et pluridisciplinaire, le développement de nouvelles thérapeutiques.

Le réseau Mésoclin :

Centre expert national au CHU de Lille décliné en région avec des équipes dédiées pour une prise en charge codifiée des patients quel que soit leur localisation géographique.

Perspective de traitement : essais de chimiothérapies en cours (l’objectif est de couper les vaisseaux qui alimentent la tumeur (fin prévue pour fin 2013).Chirurgie : domaine très compliqué. Juste avant une intervention (visant à ôter la tumeur) chirurgicale, application de la photothérapie laquelle a pour objectif de faire une destruction sélective.« Les études en cours ont pour but de proposer à terme aux patients, une thérapie à la carte : chirurgie –chimiothérapie – médicaments ». .

 Pergiacomo BETTA(Italie)

« Le procès de Turin a permis entre autre une remise en cause du mésothéliome. »

 Le 1er cas a été découvert en 1760. En1964, apparition de diagnostic avec un niveau de certitudes suffisant, permettant de déterminer s’il s’agit d’un cancer primitif ou de métastases.

Christian HUTIN (parlementaire français),

Rappel de la longue bataille et de la victoire contre la direction du FIVA, dans le cadre de la Cour d’appel de DOUAI. Rôle de la commission amiante de l’assemblée nationale, appuyée par la signature d’une motion signée par 412 parlementaires mais, « sans les associations rien ne se serait passé »

3/ Utilisation et usage de l’amiante dans les pays en développement

Mohit GUPTA (Inde)

« le ministère de l’environnement a une grosse responsabilité. Il donne les autorisation aux entreprises d’utiliser l’amiante, il y a de plus en plus d’autorisations ». Forte exposition environnementale dans le pays. « pour les victimes pas de soins, pas de retraite, juste la maladie, avec quelques compensations »

Fernanda GIANNASI (Brésil)

« ignorance totale du risque au Brésil ! »  « asbsence totale d’information » Par exemple, il y a 1er étiquetage avec une autorisation à l’amiante, suivi d’un 2ème sans amiante. Ou encore enfouissement sur un terrain vague des tuiles amiante d’une usine  Dépenses énormes de santé publique

Hermano CASTRO (Brésil)

« Nous sommes le 3ème producteur mondial et le 2ème exportateur »

« la cour suprême doit se prononcer ! »

 Fernand TURCOTTE (Canada)

Nous sommes au cœur de la propagande de l’amiante « on prétend que l’on peut utiliser  une bonne amiante le chrysolite, que le gouvernement finance » « nous devons cesser le mensonge, ce n’est plus défendable ! »

Yeyong CHOI (Corée)

 Nous faisons un triste constat « il y a d’avantage de pays qui ont augmenté leur consommation que de pays qui ont interdit l’amiante » Aujourd’hui utilisation de 2 millions de tonnes en Asie « comment faire baisser cette consommation ?. . . il faut viser la Chine en priorité qui propose l’usage contrôlé »

« c’est l’objet de ce colloque, il nous faut penser à un déclin global, c’est l’affaire de tous »

4/ Indemnisation et traitement des victimes

Eric JONCKERE (Belgique)

« Nous avons le triste record de consommation par habitant. Et, nous sommes les détenteurs du concept amiante – ciment ». . . « nous avons commis une faute internationale »

Système privé d’indemnisation, avec un Fonds d’indemnisation ouvert à tous. « nous devons pousser vers la prévention ». . . « notre dernier voyage au Canada avec A Bobbio et cette journée sont le gage de nos avancées »

Marie José VOISIN (France)

Le FIVA est une avancée sociétale importante. « Il permet d’indemniser toutes les victimes de l’amiante » que leur exposition soit professionnelle ou environnementale

Tina  DA CRUZ (Afrique du Sud)

« nous sommes devant un problème d’échelle mondiale » Nous négocions depuis plus de 30 ans pour porter les MP, processus gratuit par des spécialistes mais, on ne couvre pas toutes les maladies pour nous c’est : pertes de revenus et souffrances » il y a une différence de traitement entre les mineurs qui bénéficient d’une loi et les autres victimes. Nous sommes dans l’attente d’une 2ème loi.

Tinka DE BRUIN (Pays Bas)

Utilisateur mais pas producteur ni exportateur. Pas d’indemnisation des AT / MP. « 500 mésothéliomes et 900 C Bp par an pour 17 millions d’hab » « Fonds d’indemnisation pour les mésothéliomes par le biais d’une organisation paritaire »

Juan Carlos PAUL (Espagne) Pas de Fonds, forte importation (3000 t/an) « l’interdiction est effective depuis 2001 et en vigueur depuis 2002 » « recours par la  SS ou par le biais des tribunaux » il y a une fédération de défense qui couvre 6000p soit 1/10ème des exposés

José VALDES (ESP) confédération syndicale) travail en commun pour faire passer une législation, un suivi et une veille des victimes et des travailleurs de l’amiante

Arnaud DE BROCA (France) FNATH)« Les avancées sur l’amiante sont un bénéfice pour tous les travailleurs. Pour la FIE et, aujourd’hui pour les TMS » Il y a une prise de conscience politique mais c’est très long ! « on note une amélioration depuis 2002 avec la création du FIVA »

Michel PARIGOT (France ANDEVA) Le FIVA a été une longue bataille judiciaire. Les indemnisations sont faites en application  d’un barème face à un système judiciaire individuel. « on peut contester les offres du FIVA par voie judiciaire

5 / Prévention et actions internationales

Bruno PESCE (Italie)

« il nous reste à faire appliquer le délibéré et les décisions de Turin au nom du citoyen ». . . « nous travaillons à l’ouverture d’un procès Turin bis (pour homicide involontaire pour les émigrants italiens qui travaillent ou ont travaillé chez Eternit en Europe). En Italie création d’un Fonds sur le principe similaire du FIVA en France – travaux sur l’élimination des résidus d’amiante – recherche sur le mésothéliome avec un organisme spécifique : diagnostic et accompagnement

 

Pat MARTIN (parlementaire Canadien)« j’aime mon pays mais j’ai honte de mon pays » « notre position est répréhensible moralement. . . » Les mines ont tenu grâce au soutien de l’Etat. « mais notre gouvernement au Québec a remis en cause la décision d’ouverture ». Il existe un régistre des bâtiments publics et privés qui contiennent de l’amiante. Nous souhaitons contribuer à la création d’un Fonds mondial des victimes »

Linda REINSTEIN (USA)« ils savaient tout et ils ont fait si peu ! » 10000 décès par an dont 2500 mésothéliome. La 1ère loi sur la santé u travail a été créée en 1970. Les tours anéanties le 11 septembre 2009, c’est 2000 tonnes d’amiante tombées. « nous n’avons pas de loi d’interdiction »

Lisa SINGH (Australie)

«chez nous l’amiante est interdit depuis 1983, nous sommes  un gros fabricant (mines) avec une production qui ne cesse d’augmenter » d’où une forte exportation.

Sugio FURUYA (Japon)« en Asie seul le japon a interdit l’amiante »

Alain BOBBIO (France ANDEVA)« Les rencontres internationales sont toujours très émotionnelles, tous ont vécu ou vivent les mêmes problèmes face à l’amiante » . . . « nous devons porter une vision stratégique du combat del’amiante » nous connaissons nos ennemis et leur volonté « nous sommes en face pour nous organiser. Combattre l’héritage  internationalement, comme à Turin » « travailler à un pool international de l’amiante

 

Sena--ANDEVA-12--10--2012-090.jpg

Pierre PLUTA (Président de l’ANDEVA)  

et Kathleen RUFF (Canada), on clôturé cette journée riche en émotion et porteuse d’espoir.

Les différentes interventions ont fait ressortir des différences criardes entre les pays qu’il s‘agisse : de reconnaissance et du traitement des victimes, des interdictions ou encore des moyens mis en œuvre. Tous pensent qu’une prise en compte collective et universelle permettra d’appréhender le sujet sous toutes ses facettes, même si tous pensent que le chemin sera long.

Parmi les points positifs il convient de noter les avancées réalisées et présentées dans les deux premières parties de ce colloque : Epidémiologie et recherche médicale.   

Dès Le lendemain un communique commun demandait instamment au Canada d’interdire l’amiante

 



  

 

 

 

.

 

 

 



 

   

 

 

 

 

 



 

 

 

Tag(s) : #L'international

Partager cet article

Repost 0