Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Publié par Allo-amiante

 PLACE RODESSE à bordeaux le 23 juin 2011 à 10 H

 

Pourquoi ce nouveau rassemblement des victimes et des exposés ou prochaines victimes  de l’amiante ?

 

La loi du 23 décembre 1998 a créé un dispositif de cessation anticipée des travailleurs de l’amiante (ACATTA. Sous certaines conditions les salariés des entreprises reconnues à risque, peuvent partir en « pré retraite amiante » en tant que victimes reconnues ou/et parce qu’ils ont été exposés à ce cancérigène tueur à distance. Dans les deux cas les intéressés sont sous la menace d’une espérance de perte de vie statistiquement et officiellement reconnue.

Depuis son application en janvier 1999, ce principe dont l’accès (en outre) est interdit à de nombreux salariés, est régulièrement remis en cause par les pouvoirs publics. La dernière menace en date a été repoussée grâce à la mobilisation de tous lors de la récente réforme des retraites, le Président de la République lui-même voulant distinguer les victimes des « exposés ».  Cette volonté farouche de compliquer l’accès au système ACCATA est clairement affichée par les deux situations qui justifient notre appel. Deux situations qui symbolisent notre désaccord et notre volonté de défendre l’avancée de 1999 fortement menacée   

La VERRERIE de VIANNES  :  Cette entreprise a compté jusqu’à 900 salariés. 200 en 2004 puis une quarantaine jusqu’à la fermeture en 2005. On estime à 450 kg la consommation annuelle d’amiante à l’époque des 900 salariés et à 150/200 kg/an au moment de l’interdiction de l’amiante à la consommation.EN réalité le personnel a été fortement exposé depuis la création de l’entreprise en 1928. On peut estimer à 30% de l’effectif des salariés concernés par les opérations de calorifugeage. Tous les autres étant confrontés aux expositions classiques à l’amiante : matériaux isolants devenus friables, balayage, avec la particularité du soufflage de verre principal facteur d’exposition etc : ceci sans aucune protection.

La demande de classement a été déposée en 2002.L’inspection départementale et l’inspection régionale du travail avait donné son accord.         Mais le ministre du travail a donné son véto 

L'entreprise PONTICELLI de Bassens:  A la suite du long traitement du dossier, l’entreprise après avoir  obtenu l’avis favorable de la Direction Régionale du Travail a été classée le 22 novembre 2007 comme site à risque amiante. Ainsi elle est reprise, dans le décret récapitulatif des établissements, réservé à cet effet. Cette décision a permis aux salariés de l’entreprise de « partir » en ACAATA, ceci en raison de leur activité les exposants à l’inhalation des poussières d’amiante  sur de nombreux secteurs de l’entreprise. Le 5 mai 2008 les dirigeants de la société ont lancé un recours en appel contre cette décision 

 Les deux entreprises ont été condamnées de nombreuses fois en faute inexcusable

Le 23 juin 2011, le tribunal administratif de Bordeaux en maintenant l'une et en permettant l'inscription de  l'autre dans le système décidera de l'accès ou non à la pré retraite amiante pour de nombreux salariés.

 

  

Commenter cet article