Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après PAU, après le 16 mai 2008 et le 16 février 2009 à Bordeaux, après le 18 mai à Agen, le collectif amiante d'Aquitaine a appelé au rassemblement le 29 juin devant le tribunal de Mont de Marsan.
Pour le collectif composé de toutes les associations de victimes du  Sud Ouest : (CERADER 24 - 47, ALLO AMIANTE, COLLECTIF des AMIANTES de MIMIZAN, ADDEVA 17, les exposés et victimes EDF et différentes structures UD ET UR CGT), depuis la décision d'actions en commun, le mot d'ordre est simple "Le travail ne doit pas être une maladie mortelle"
Chacune de ces mobilisations réunie des victimes et leurs familles, des salariés, des sympathisants solidaires tous porteurs des revendications et des appels à la justice. Chaque fois une audience devant le TASS ou une Cour d'appel est le "support", le point de départ de l'action. Puis une délégation prend rendez-vous et est reçue par: la DRTE - les élus locaux (mairie) - la Préfecture. . . . Nous devons remercier tous ces derniers de nous recevoir, de nous écouter et de transmettre comme ils le promettent, nos doléances, nos inquiétudes et nos attentes. Si nos manifestations sont dignes et se déroulent dans le calme "nous exigeons être entendus dans notre silence". Le 29 juin à Mont de Marsan, le scénario s'est répété mais les 400 participants ont marqué fortement leur volonté de s'inscrire dans le mouvement dans la démarche porté par l'ANDEVA et son réseau afin d'obtenir un procès pénal amiante.

Dur, émouvant mais fort
, la lente marche des 28 cercueils représentants les 28 décédés du site d'ARJUZANS se passe de commentaire. Combien en faudra t'il encore et combien de victimes verront le procès attendu ?
 
L'audience "du jour" concernait 14 ex salariés de la centrale EDF d'ARJUZANS ; 14 nouveaux dossiers de demande de reconnaissance de la faute inexcusable de l'employeur (FIE), ce qui porte à 67 le nombre de FIE pour ce seul site.

A l'issue de l'audience et de la  plaidoirie de Maître LEDOUX, le cortège s'est dirigé vers la mairie puis la préfecture, au sein desquelles une délégation a été recçue.

Lors de leur prises de parole le secrétaire de l'UD CGT 40 et  le président de l'ANDEVA ont martelé la nécessité d'un procès pénal amiante et, toutes les inquiétudes relatives au projet de supprimer le juge d'instruction. Si ce dernier se réalisait, se serait encore faire reculer le traitement des dossiers qui stagnent depuis plus de 13 ans: ceux d'ARJUZANS, de DUNKERQUE ou d'ailleurs..
Le 14 avril dernier les "veuves de Dunkerque" ont repris leurs marches pour réaffirmer que c'est un manque de moyens et de volonté politique qui freinent alors qu'en ITALIE l'entreprise ETERNIT va rendre des comptes. Comme la précédente série (en 2006) les "marcheuses" sont relayées, appuyées, épaulées, soutenues par tous. Leur combat c'est le combat national de l'amiante. Nous sommes dans un pays de droits, les empoisonneurs, qui savaient, doivent être jugés. 2500 personnes l'ont encore exprimé le 20 juin à Dunkerque à l'occasion de la manifestatiobn nationale à laquelle ALLO AMIANTE à participée.

Ce 29 juin est une continuité. D'autres appels régionaux viendront, mais nous pouvons déjà réserver le 10 octobre prochain! Ce sera la manifestation annuelle de l'ANDEVA à Paris. Nous démontrerons encore "que nous ne baisserons pas la garde"

Tag(s) : #Notre actualité

Partager cet article

Repost 0