Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous en sommes convaincus l'amiante est responsable de bien des maux, physiques et sociaux. Nous multiplions les alertes sur les risques encourus par celles et ceux qui ont inhalé hier le poison. C'est plus que jamais d'actualité aujourd'hui, ce le sera encore demain si nous ne sommes entendus.

Des études épidémiologiques américaines ont démontré un risque accru de cancer  épithélial ovarien chez les ouvrières de l'amiante et un accru en général chez les personnes vivant dans le même foyer que des travailleurs de l'amiante. Confirmation des risques liés à une exposition environnementale

De sont côtė le CIRC (rappel) a démontré en 2008:

"L’amiante peut provoquer des cancers du larynx et des ovaires"

- C’est la conclusion d’une étude récente faite par 27 experts internationaux à la demande du Centre international de recherche sur le cancer (le CIRC)
Un groupe de travail, composé d’experts internationaux de différentes disciplines a travaillé du 16 au 24 mars 2008 à réévaluer, à partir d’études scientifiques publiées ces dernières années, le risque de cancers dus à l’exposition à l’amiante pour différents organes:

- l’amiante serait un cancérogène « avéré », c’est à dire présentant une « évidence épidémiologique suffisante » pour le larynx et les ovaires.

- un effet cancérogène possible dû aux fibres d’amiante a également été considéré comme plausible pour le cancer colo-rectal, avec une évidence « limitée », mais très fortement suggestive.

- de même, le cancer du pharynx et de l’estomac sont considérés comme possiblement liés à une exposition à l’amiante, mais avec une évidence plus « limitée ».

.Pourtant cela ne suffit pas !

Lors de la demande de reconnaissance d'une maladie liée à l'amiante, il est souvent mis en avant, sous forme de paravent, face au constat criard, la notion d'exposition forte ou faible. Ainsi de nombreux cas passent au travers des mailles d'un filet volontairement, et politiquement trop large.

Pour les reconnaissances faisant suite à une exposition professionnelle, les pathomogies précitées et démontrées, ne figurent pas dans les tableaux de reconnaissance des maladies professionnelles de la sécurité sociale (TA 30 et 30 bis pour l'amiante), elles devraient y figurer

Pour les expositions environnementales ou passives c'est encore plus difficiles pour les faire admettre. Même auprès du FIVA, qui a pourtant été créé pour venir en aide à toutes les victimes qui ne peuvent pas se "retourner" contre un emplyeur. Notre mission passe aussi par le traitement de ses situations.

Toujours plus d'arguments, et pourtant  !
Tag(s) : #IL FAUT LE SAVOIR

Partager cet article

Repost 0